Accueil | La Salsa pour les nuls... | Concerts | CDs | Photos | Videos & DVDs | Livres | Liens | Forum | Click here for english version
Danse | Cours de Danse | Timba Social Club | Biographies d'artistes | Portraits de Salseros | Articles | Interviews

  Chroniques, tribunes, éditos > Où ça ?  
Où ça ?
Un peu plus à l’ouest !
Zoom sur les festivals salsa d’une région qui vaut le détour
par Jack "El Oso"

Il est une région de notre beau pays où les soirées salsa ont une saveur bien particulière. Où cubanisants et portochosiens ne se sont pas encore irrémédiablement cloisonnés dans leurs ghettos musicaux et dansants respectifs. Où le sens de la fête est resté intact et reste le fil conducteur du début à la fin d’une soirée. Où les amis sont de vrais amis, et non de vagues connaissances avec qui l’on échange quelques banalités au bord d’une piste avant de s’en retourner à sa life égocentrée. Où la convivialité n’est pas qu’une vague notion de marketing que l’on ne trouve que sur les tartines que nous déversent par packs de 6 quelques organisateurs lourdingues dans notre boite mail, sur Facebook ou sur les forums, mais qui se traduit en apéros, afters et autres barbecues entre potes. Une région où le ridicule ne tue pas encore, où l’on fait des soirées à thème totalement délirantes, où l’on danse la bachata, le zouk et le kompa en soirée sans que les trois quarts de la salle ne prennent ça pour le signal du départ, où les buveurs de planteur et de rhum arrangé n’ont pas encore été relégués aux alcooliques anonymes, où le punch coco coule à flots dans les apéros, où les afters sentent bon le foie gras et le Sautern, où lorsqu’on sort d’une soirée en ayant mal au ventre, c’est d’avoir trop ri, et non à cause des coups de coude de quelques goujats en mal d’espace de danse.

Si toi aussi, ami(e) salsero(a), tu en as ras-le-bol des soirées constellées de VIPs occupés à spinner en contemplant l’univers en rotation autour de leur nombril, ou encore de Cuba-addicts qui ne connaissent de vérité autre que la leur et qui ne partagent les pistes qu’avec leurs semblables (dont tu ne fais pas partie), prends ta voiture, ta moto ou ton billet de TGV, et suis-moi là où le Professeur Tournesol nous a depuis déjà bien longtemps dit d’aller : un peu plus à l’ouest.


Quelques généralités

Avant toute chose, une parenthèse pour mes amis parigots : sauf exception mentionnée explicitement ci-dessous, sache que pour te rendre sur les lieux des festivités, mais également pour aller faire tes courses, rejoindre d’autres salsero(a)s à l’apéro, ou encore prendre ton TGV la mort dans l’âme pour t’en retourner à Paris, tu vas avoir besoin, dans la plupart des festivals décrits ci-dessous, d’une chose totalement incongrue pour le parisien moyen : un moyen de transport motorisé !. Eh oui, cela peut sembler incroyable, mais dans ces contrées éloignées, il n’y a pas de métro, et les transports en commun, lorsqu’il y en a, ne vont généralement pas jusqu’à la salle des fêtes de Bois-Plage ou encore ne fonctionnent plus après 19h07. Etrange réalité qui n’est autre que celle du quotidien de 95% des habitants de notre beau pays habitant au delà du périphérique. A moins de connaître des autochtones eux-mêmes motorisés, il va donc te falloir faire le déplacement en voiture, si tu en as une, ou encore (solution que je te recommande) venir en TGV jusqu’à la gare la plus proche, et y louer un véhicule pour tes déplacements locaux ; tu verras que dans la plupart des cas, cette solution te reviendra moins cher que le bras dont tu devras te séparer dans les stations d’essence et la jambe que tu devras laisser aux péages, et sera très certainement moins fatigante que de te cogner 5h de route et les embouteillages à l’arrivée en région parisienne à la fin d’un weekend dont tu sortiras de toute façon sur les rotules, mais heureux(se).

Autre particularité des festivals de l’ouest : très souvent, au moins l’une des soirées aura un thème, ou comme on dit en Ardèche, un dress-code. Ca peut être un thème bateau (genre : "soirée blanche", ou "tenue de soirée"), mais ça peut également être très spécifique (genre : "Mille et une Nuits" ou encore "Personnages de dessin animés"). Certes, c’est également le cas, me diras-tu, de nombre de festivals et soirées salsa ailleurs, y compris à Paris ? En effet, mais la différence, c’est que contrairement à ces derniers, où quelques excentriques viennent effectivement déguisés, et où 90% du public s’en fout comme de l’an 40 ou n’était tout simplement pas au courant, eh bien dans l’ouest, les thèmes des soirées sont très suivis. Comprends par là que si tu viens fringué(e) comme à l’accoutumée, tu risques fort de faire parti du club très fermé des trois-abrutis-qui-ne-se-sont-pas-déguisés, et que face aux 1500 personnes qui auront rivalisé d’audace pour se confectionner un costume ou qui l’auront carrément loué pour l’occasion, tu vas juste avoir l’air, euh... décalé(e), pour ne pas dire simplement très con(ne).

JPEG - 77.1 ko
Soirée blanche à SELP 2011 - vous en voyez, qui ne sont pas en blanc ?
Photo : Sly RC

Dernière particularité : outre tout ce que j’ai pu décrire plus haut, si tu es interessé(e) par les stages de danse, contrairement aux brebis égarées comme moi qui y vont principalement pour les afters, tu pourras croiser, dans un certain nombre d’événements, d’authentiques pointures internationales de la salsa, et ce dans des cadres relativement intimes et à des prix défiant toute concurrence (entends par là, pas dans un stage avec 300 personnes ou tu verras le haut du buste des "stars" en te mettant sur la pointe des pieds dans un quelconque congrès à 250€ le full pass). Exemples d’actualité : Magna Gopal (à Niort l’an dernier), Santo Rico (à La Rochelle en septembre dernier), ou encore Hacha y Machete (à Niort en décembre prochain).

Mais trêve de bavardages, voyons donc en détail quelques exemples de ce que l’on peut y trouver.


Zoom sur quelques festivals de l’ouest

Salsa En La Playa (SELP pour les intimes)

JPEG - 116.9 ko
Salsa au bord de la piscine, SELP 2010
Photo : Sly RC

Egalement connu à titre officieux sous l’acronyme de ZELB (Zouk En El Bungalow), ce festival assez unique, co-organisé de main de maître par l’association rochelaise Salsa Pimente et l’association Bordelaise Tormenta Latina, est l’archétype de ce qui se fait de mieux parmi les festivals de l’ouest. Imaginez un camping, dans le cadre bucolique de l’Ile de Ré, où 1300 salseras/os dansent comme des dératés en maillot de bains autour d’une piscine. Imaginez des soirées totalement délirantes, avec des décors de folie confectionnés chaque année par une équipe de bénévoles dont le perfectionnisme laisse coi. Imaginez des centaines de personnes en train de suivre un char dans une "salsa pride" dans les rues d’un petit bled de l’Ile de Ré, sous le regard mi-médusé, mi-amusé de quelques badauds. Imaginez des BBQ en journée sur le camping, des apéros organisés un peu partout avant les soirées, des afters zouk dans une salle surchauffée où... euh... bon, là, je vous laisse imaginer, hein ?

Ici, pas de cours, pas de stages, et à peine une parenthèse spectacles le samedi soir. SELP, c’est d’abord et avant tout une méga-teuf, si vous me permettez l’expression.

Le seul vrai "hic" de SELP, c’est que c’est tellement bien, et que tout le monde veut tellement y aller, que le festival affiche généralement complet en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. A moins d’être de mèche avec La Poste de La Rochelle pour que votre dossier soit livré en premier... ou encore... à moins de faire partie de l’une des associations "affiliées". Parmi lesquelles on trouve la plupart des assos de l’ouest... mais également une asso de l’est parisien, j’ai nommé Capdanse, qui s’y rend chaque année en car (solution partielle au problème de transport évoqué plus haut).

SELP fête en 2012 ses 10 ans d’existence. A bon entendeur...

- où : Ile de Ré
- quand : généralement le premier ou deuxième week-end de juin
- organisé par : Salsa Pimente & Tormenta Latina


Niork Swing & Salsa Festival (NSSF)

Digne successeur de El Sabor de la Salsa, l’événement salsa pionnier de l’ouest, le NSSF est, tout comme ce dernier, organisé par l’association niortaise Pazapas. Il convient d’entrée de préciser qu’"organiser", chez Pazapas, devrait s’écrire avec un "O" majuscule, les bénévoles de cette asso étant aisément en mesure de servir de référence à quiconque voudrait se frotter à l’organisation d’événementiels : processus d’inscription parfaitement huilé, numerus clausus et parité respectée dans les stages, spectacles commençant à l’heure et retardataires priés de patienter jusqu’à la fin pour ne pas perturber le déroulement des dits spectacles, nombre de sièges prévus par rapport au nombre de spectateurs, son et lumières dignes d’une salle de spectacle professionnelle... on est à mille lieues du "flou artistique" auquel ont pu nous habituer bon nombre d’organisateurs d’événements salsa.

Votre regard aiguisé n’aura certainement pas raté le sens du premier "S" de NSSF : oui, oui, vous avez bien lu, Swing & Salsa. C’est effectivement l’un des rares événements multi-danse. Si vous êtes, comme moi, totalement imperméable au West Coast Swing et autres danses non-afro-caribéennes, il va donc falloir vous résoudre, par moments, à délaisser la piste... du moins le vendredi, puisque le samedi, il y a deux salles séparées.

Mais franchement, entre la possibilité de danser l’après-midi dans le hall pendant les stages, les snacks, le café, les boissons à prix coûtant servis avec le sourire par des bénévoles plus sympas les uns que les autres, le papotage avec les amis... les séquences "autres danses" sont presque trop courtes, en réalité.

C’est également l’un des lieux qu’il convient de surveiller pour les artistes internationaux susceptibles de s’y produire. On a déjà pu y croiser un Super Mario, une Magna Gopal, des Sacuye, un Tito et Tamara, et quelques autres noms qui sont assez loin d’être des inconnus sur la scène internationale. En ce mois de décembre 2011, les invités de marque s’appellent notamment Hacha y Machete.

Le NSSF, c’est un peu la fête avant les fêtes. Inratable.

- où : à Chauray, à quelques kilomètres de Niort.
- quand : début décembre
- organisé par : Pazapas.


Fievra Dinga Festival

JPEG - 90.4 ko
Rueda dans l’eau au Fievra Dinga Festival
Photo : Jack "El Oso"

Ce tout jeune festival, situé à Longeville-sur-Mer (Vendée), qui n’a pour l’instant qu’une édition derrière lui, s’inscrit dans la droite lignée de SELP, dont je parlais plus haut, quoique dans une version plus familiale, ne serait-ce qu’en raison de sa fréquentation pour l’instant un peu plus modeste, mais également de par la volonté de ses organisateurs, j’ai nommé Didier des Sables d’Olonne et Achile Dinga de La Rochelle, qui tiennent à ce format délibérément non-industriel.

Les éléments sont pourtant tous là : un camping avec complexe aquatique incluant une piscine couverte (en cas de mauvais temps, que l’on n’a pas eu en 2011, loin de là), des piscines extérieures, des toboggans, un jacuzzi, un sauna et un hammam, et une salle des fêtes, distante d’à peine un kilomètre, à faire pâlir d’envie n’importe quel organisateur d’événements : un parquet, une sonorisation de tous les diables, une immense scène pour les spectacles, bref, tout y est.

JPEG - 78.8 ko
Rueda en soirée au Fievra Dinga Festival
Photo : Sly RC

Stages en journée, soirées dansantes avec spectacles, salsa au bord de la piscine le dimanche avec rueda dans l’eau... le bruit s’étant répandu, il y a fort à parier que les places s’arracheront bientôt aussi vite que celles de son grand frère de l’Ile de Ré.

- où : à Longeville-sur-Mer (Vendée)
- quand : deuxième moitié du mois de mai
- organisé par : Fievra Cubana & Achile Dinga - site web du festival


Salsa del Mar

Ce festival, qui a déjà trois éditions derrière lui, est assez singulier. En fait, Salsa del Mar, c’est plusieurs festivals dans le même festival.

D’un côté, vous avez un festival de danse on ne peut plus classique, ayant lieu dans le très classieux centre de congrès Les Atlantes, en front de mer : stages en journée, spectacles et soirée dansante le soir, avec un plateau artistique assez étoffé, qui rapproche sans doute un peu plus ce festival d’un "congrès" de danse salsa que les autres festivals de l’ouest. Jusque là, rien de si inhabituel.

Mais tout autour, il se passe plein de choses. Le Village de la danse, accessible gratuitement au public, avec ses cours, ses concerts, et autres animations gratuites en journée. La beach party, avec ses animations, toujours en journée, comme son nom l’indique, sur la plage. La "Calle Rumba", avec ses concerts, ses animations de rue, qui l’espace d’un samedi soir, fait danser toute la ville au sons des rythmes latins, et qui est sans doute ce qui s’est fait de mieux depuis des années en termes de promotion de la salsa et des rythmes afro-caribéens auprès du grand public.

Et tout ceci sur le front de mer des Sables d’Olonne, qui n’est pas sans avoir des petits airs de Cannes de l’ouest, où l’on peut déjeuner tranquillement entre amis à une terrasse, ou prendre une glace en milieu d’après-midi entre deux stages, avant de rentrer à son hotel... à pied ! Oui, ami parigot, oublie tout ce que je t’ai dit plus haut, aux Sables d’Olonne, tu peux débarquer de ton TGV, marcher jusqu’à ton hôtel, puis marcher jusqu’au front de mer prendre une glace, marcher jusqu’aux Atlantes, bref, oui, oui, trois fois oui, tu peux tout faire à pinces ! Ti es content ? (clap) Ti es content ! (clap-clap) Mais je m’égare.

- Où : aux Sables d’Olonne.
- Quand : début juillet.
- Qui organise : l’Association Salsa Son.


Bien entendu, ce petit article ne prétend en aucun cas être exhaustif. Le zoom ci-dessus ne porte que sur les festivals connus personnellement de l’auteur.

Il y en a d’autres. Beaucoup d’autres. Voici quelques uns de ceux où ma main n’a pas encore mis les pieds :

- Festival Salsa d’Angoulême - fin septembre / début octobre.

- Salsa Fresca Festival (Nantes) - fin janvier

- El Pimiento de la Salsa (La Rochelle) - habituellement en mars, mais pas d’édition en 2012

- Los Loquitos Salsafestival (Rennes) - nom provisoire - 1ere édition début mai 2012 !

- Les 48h de Gujan (Gujan, à quelques encablures de Bordeaux) - début septembre

- Salsa Ouest - événement itinérant changeant de ville chaque année : en 2012, c’est à Tours, et c’est le 3 mars !

- Salsanga (Biscarosse) - fin juin, un festival à destination des cubanisants, également très vite complet.

Il y a également des rumeurs concernant un événement à Tours en avril... mais à part des teasers, aucune info. Restez à l’écoute...



 

 

Dans la même rubrique:


- Cali, Mecque de la salsa 2


- DESS "danseur de Salsa"


- Mes 12 bonnes résolutions pour la nouvelle année...


Festival "Tempo Latino" - Vic-Fezensac (Gers) - Le Guide du Petit Salsero Fûté


West Coast Salsa Congress - Le Congrès de Los Angeles... n’est pas un congrès !


- Le prime’temps est revenu !


- La Salsa n’est pas qu’une danse


- Les difficultés de la salsa live


Compte-rendu - Cannes Salsa Festival 2010


Ray Barretto - Un adieu au géant des congas

Visualiser tous les articles sur les thèmes suivants:


Accueil | La Salsa pour les nuls... | Concerts | CDs | Photos | Videos & DVDs | Livres | Liens | Forum | Click here for english version
Danse | Cours de Danse | Timba Social Club | Biographies d'artistes | Portraits de Salseros | Articles | Interviews
| Plan du site | Accès Admin

Touts droits de reproducton réservés © SalsaFrance.com, 2000-2006
Pour toute information sur ce site, contactez-nous

SalsaFrance.com et son forum sont des publications de JEO

Informations légales
LOGO SPIP